1. Des hommes et des femmes à l??approche de la mort, angoissés par cette perspective, sont regroupés et traités collectivement comme des enfants.

2. Les vieux ont par définition un passé et plus beaucoup d??avenir. Leur parler comme à des enfants : comme à ceux qui sont sans passé.

3. Leur parole comme celle des enfants, est considérée comme intéressante mais anecdotique (on se dit : si France Info crée une émission le dimanche qui s??appelle « paroles de seniors », c??est bien parce qu??ils n??ont aucune chance d??être abordés dans un micro trottoir le reste de la semaine).

4. Ce qu??on traite avec sérieux c??est leur corps. C??est là que se concentre notre énergie, c??est là que nous mettons de l??argent. On veut éviter la maladie et repousser la mort ; ça c??est sur.

5. Autour d??un vieux, combien de médecins pour un psy ?

6. Nous traitons leur corps comme une enveloppe vide. Pas même comme des enfants, mais comme des poupées.

7. La mort des poupées est moins angoissante que la mort des hommes.

8. La mort ne prélève que des poupées : des vieux dont le corps n'est qu'un décor.

9. .