Titre | Navigation | Recherche

Résidence

Résidence ?

De mars à octobre 2006, simple appareil et cabinet plastique ont investi la salle polyvalente pour exposer leur travail pour l'installation Résidence, réflexion sur l'art de vieillir (du nom de la manifestation alliant théâtre, colloque et exposition organisée par la compagnie Cadavres Exquis, qui s'est tenue du 19 au 22 octobre / théâtre des Asphodèles, Lyon).
La salle polyvalente révèle ici ce que l'on ne montre pas d'habitude : les hésitations, les brouillons, les revirements, les réflexions, le désordre des ébauches. Un work in progress qui s'est clôturé par la présentation de l'installation au public.
¤¤ Pour épouser le déroulé chronologique des opérations, ce blog doit être lu de bas en haut ¤¤

Déviation (suite)

Quelques prolongements

Lire la suite

Déviation

Après réflexion, nous avons décidé d'explorer une nouvelle piste (déviation), qui s'éloigne un peu de la « Résidence » initiale, et que l'on pourrait exposer ainsi : et si la poupée de vieux n'était qu'un objet comme les autres (sous-entendu comme tous les « accessoires » de jeu qui vont avec), un objet (ou plutôt un jouet) parmi les autres objets/jouets ?

L'exposition serait alors consacrée à une série d'objets hybrides mi-vieux mi-enfants. On aurait ainsi un pot (qui fasse penser à la fois au pot de vieux et au pot d'enfant) ; un déambulateur qui soit aussi un baby-trott ; et de même pour le bavoir, les couches, le gobelet à anse et bec verseur... (mais quid du tricycle?)

Cette déviation a quelques avantages : elle nous permet de creuser le sillon de l'infantilisation des vieux. Elle permet aussi à chacun de réfléchir de son côté, Rodolphe depuis Lyon, simple appareil depuis Paris. Elle nous permet enfin une certaine liberté pour reconfigurer l'idée en fonction de l'espace.

Le noeud

Précisions nécessaires

Lire la suite

Du tissu et du moulage

Corps de poupées et visages de vieux. L'idée est simple, mais comment on fabrique des visages de vieux (à taille de poupées) ?

Lire la suite

document : "antropoclasme"

Extrait d'un texte écrit par POD, intitulé « antropoclasme », à l'origine (à l'une des origines) de notre réflexion sur le projet Résidence :

« [...] De façon moins radicale, il m'apparaît que le traitement du quatrième âge occidental vise parfois de la même façon à supprimer avant la mort biologique ce qui fait un homme. Parqués dans des maisons au mobilier standardisé (perte de l'individualité), ramenés à l'état d'enfance (lieu commun : « retomber ?? le mouvement est significatif ?? en enfance », coloriages débiles dans les longs après-midi de maisons de retraite, rapport autoritaire), nos vieux sont ramenés à la simple gestion de leurs corps souffrants, et la culture s'efface devant la médecine. On analyse et fustige les processus d'exclusion et de dégradation dans les asiles ou les prisons des années 60 en répétant les mêmes gestes sur nos grands parents... [...] »

Lire la suite