Titre | Navigation | Recherche

Résidence

Résidence ?

De mars à octobre 2006, simple appareil et cabinet plastique ont investi la salle polyvalente pour exposer leur travail pour l'installation Résidence, réflexion sur l'art de vieillir (du nom de la manifestation alliant théâtre, colloque et exposition organisée par la compagnie Cadavres Exquis, qui s'est tenue du 19 au 22 octobre / théâtre des Asphodèles, Lyon).
La salle polyvalente révèle ici ce que l'on ne montre pas d'habitude : les hésitations, les brouillons, les revirements, les réflexions, le désordre des ébauches. Un work in progress qui s'est clôturé par la présentation de l'installation au public.
¤¤ Pour épouser le déroulé chronologique des opérations, ce blog doit être lu de bas en haut ¤¤

Volte/face

A propos de Résidence. Un texte critique de Lamaur Bertrand.

.

Lire la suite

In Situ : l'installation Résidence

A quoi ressemblait "Résidence" au Théâtre des Asphodèles ?

.
(une image d'Elisabeth Rull)

Lire la suite

Reportage !

Rec Mag, vidéo-magazine de Rhône-Alpes, a réalisé un reportage sur les artistes ayant participé à l'Art de Vieillir (nous y sommes...)

Reportage (bis) !

Rec Mag, magazine vidéo de Rhône-Alpes, a réalisé un reportage sur Journal d'un vieux, la pièce de théâtre que Judith Lesur a présentée durant les quatre jours de la manifestation "L'art de Vieillir".

Lire la suite

La question du dernier style

Intervention de Thomas Golsenne (Professeur à l'Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris)

Que devient le processus créateur quand l'artiste a atteint la vieillesse ? Quelles sont les particularités des œuvres produites pendant la « dernière période » d'un artiste ?

Lire la suite

Qu'est ce qu'être vieux (aujourd'hui) ?

Introduction à L'Art de Vieillir par P.O.Dittmar, historien.

Le groupe des « vieux » en tant qu'entité sociale est une construction culturelle récente. Ce n'est pas un hasard si les termes « gérontologie » et « gériatrie » apparaissent dans les années 1950, dans le contexte du modernisme et de son culte de la jeunesse.
Je voudrais, par un bref parcours dans l'espace et le temps, essayer de révéler, par contraste avec d'autres situations, ce que pourraient être les caractéristiques propres à la situation contemporaine occidentale.

Lire la suite

Aperçu

Petit aperçu de ce qui est visible au théâtre des Asphodèles

jusqu'au 22 octobre, tous les soirs à partir de 18h.

Révolutions

Quelques esquisses pour de nouvelles pistes.

Lire la suite

Des corps vides, des poupées

A lire ! Un texte rédigé par simple appareil fin septembre 2006. Il déploie les arguments présentés de manière succinte dans "ébauche de cartel" (huit propositions sur l'infantilisation des vieux).

Lire la suite

Guéridon

Poupons bébés en situation : guéridons, fauteuils, papier-peint. Vu dans la vraie vie.


Lire la suite

Stats (le beau pays)

Toutes les stats dont vous avez rêvé, sans avoir jamais osé les réclamer !

au
www.personnes-agees.gouv.fr

Terminal

Extrait de La Chambre claire, Roland Barthes.

Lire la suite

Réunion au sommet

Réunion au sommet : pour la première fois, le simple appareil dans son entier accueille Rodolphe Montet, monté à Paris pour finaliser la réalisation de l'installation Résidence.
Le simple appareil présente ses objets hybrides (pot, bavoir, chausson, urinal) et ses papy-baigneurs (inachevés) ; Rodolphe déballe sa vingtaine de têtes de poupées (la moitié fabriquée par ses soins, l'autre par l'atelier Filenforme).



Les têtes sont tripotées, palpées, admirées ; certaines sont distinguées.
La décision s'impose d'elle-même : la piste « moulage en latex » est abandonnée ; la poupée exposée au théâtre des Asphodèles aura une tête en tissu. Ce qui achève de conférer à l'installation un tour plus « expressif » que « réaliste ».

Une question reste en suspens : le rapport pas forcément évident entre cette poupée et les objets hybrides, de facture différente. Pour régler le problème, Rodolphe propose une mise en scène elle-même hybride : la poupée exposée au centre d'un ensemble de photographies représentant les objets en situation. On définit le type de tirage et le format (90x60 cm).

Rodolphe avance l'idée d'une frise qui servirait de cadre à ces photos ; elle serait composée de petits objets extraits du quotidien des vieux et/ou des enfants (assiettes en porcelaine, hochets, biberons, chaise roulante, etc.).

Rodolphe repart à Lyon avec deux objets hybrides : le pot en dentelle et le bavoir marouflé ; il se charge de fabriquer un déambulateur customisé baby. On s'arrête donc sur le principe d'une installation composée de 3 objets photographiés + 1 poupée.



Rodolphe a rendez-vous ce mercredi avec les couturières de l'atelier Filenforme ; il leur transmettra les dernières décisions : format de la tête (« taille enfant »), tissu rose, absence de cou, yeux en boutons et contour de l'oeil non tissé, etc. (le référent majeur est le montage photoshop du 21/09/06). Les couturières fabriqueront une tête de femme et une tête d'homme. On en choisira une seule pour l'exposition, la plus réussie.

Charge à nous de finaliser le texte censé accompagner l'installation (« Ebauche de Cartel »; cf. message daté du 13/08/06) et de lui trouver sa place au sein de l'exposition (leaflet, cartel, insertion dans les photos ?).
On entreprend par ailleurs la rédaction d'un texte plus détaillé sur l'infantilisation des vieux (cf. message daté du 1/10/06 ) .





PapyBaigneurs



Lire la suite

Photo-montages

Lire la suite

AmericanPsycho

Accord parental indispensable


Lire la suite

Méfiez-vous des poupées

Journal l'Humanité / Rubrique Tribune libre
Article paru dans l'édition du 10 mars 2004.

Lire la suite

Poupées de vieux

Les premières poupées réalisées par R.M. et Filenforme !

Lire la suite

Précédents

Une nouvelle phototèque est crée !

Lire la suite

Tao

"Le nom de Wen Bigu fait penser au nom de Lao-Tseu : lao (vieux) et tseu (enfant).
Le lettré est tour à tour Enfant de Vieux et Vieil Enfant.
Les anciens Chinois rapportent que Lao-tseu attendit quatre-vingts ans dans l'utérus de sa mère avant de se décider à pénétrer dans le souffle et la lumière.
Lao-tseu est à l'évidence un viviparus."

Pascal Quignard, Les Ombres errantes, Paris, Gallimard-Folio, p. 14, 2002.

Under Vanités

Ghirlandaio

Lire la suite

Syndiquez-vous !

Pour suivre le developpement des travaux et tout savoir de la vie de ce blog,
syndiquez-vous !

Pour ce faire, placez ces adresses dans les favoris de votre navigateur internet :
- flux rss consacré aux billets:
http://simpleappareil.free.fr/sallepolyvalente/rss.php
- flux rss consacré aux commentaires:
http://simpleappareil.free.fr/sallepolyvalente/rss.php?type=co

(cf. les liens sont actifs en bas de la colonne de droite)

L'Art de vieillir

des détails sur le programme des journées d'Octobre !

Lire la suite

objets hybrides: première étape

Works

Couche culotte

Visuel incontinence

Lire la suite

Latex (suite)

Bifurcation ?

Lire la suite

Latex

Détails sur la réalisation technique des têtes de vieux

Lire la suite

Katya

Le lien vers une artiste qui travaille avec des poupons, notamment A.N.A.T.O.L.E.

http://www.katyalegendre.com/

100% VIP

Métro

Vu dans le métro parisien

Paradoxa

Roland Barthes, au Collège de France, 1978.

Lire la suite

Hybridité 4 : bande-son

L??idée d??une bande son qui travaillerait la langue du problème a fait son chemin. Si on reste dans la stricte orthodoxie, il faut trouver des phrases que l'on puisse adresser à la fois à des vieux et à des enfants, ou du moins des phrases ambiguës qui ne permettent pas de deviner précisément le destinataire (bébé / vieux ?).

Nous avons commencé à lister un certain nombre de ses phrases ; elles sont plutôt du « côté vieux » que du « côté bébé », et il faudra sans doute les compléter.

Quelques exemples :

Alors, on a bien pris sa pilule rouge ?
Alors, on a bien fini son assiette ?
C'est pas bien de faire sa difficile comme ça.
Laisse-moi ça, je vais m'en occuper.
Ah, mais il va tout me faire tomber !
Allez, on se dépêche !
Je l'ai dit mille fois...
Mais non, ça ira très bien, c'est sûrement rien du tout. ?a va très bien se passer.
Allez, on reprend un peu de soupe.
Mais non, il n'y a personne là-haut, c'est juste le vent.
Alors, on a moins de fièvre ce matin ?

Série en cours.


Hybridité 3 : les cartels

Si on garde l??idée qu'à chaque objet serait associé un cartel, qui serait une sorte de notice d??utilisation, on peut aussi trouver un nom à l??objet, qui lui servirait de titre.
Il pourrait s??agir, toujours dans une logique littérale, d??une hybridation linguistique du genre de « déambulatrott ».

Hybridité 2 : les objets

Concernant les objets, deux possibilités se dégagent :
-Il y a d??un côté celle de prendre des objets de bébé et de les modifier avec des skins de vieux (genre le bavoir rose avec des motifs vieillots en surface)
-De l??autre, prendre des objets typiquement de vieux et les détourner avec des éléments du code enfantin.

Si l??on admet que la forme est traditionnellement plus porteuse de vérité que la surface, la deuxième solution est plus satisfaisante au niveau du sens (derrière la « surface » de l??enfance, il y a des vieux).

Une troisième voie peut consister à ne pas choisir, et à croiser les modalités en ne prenant pour seul point commun que l??ambiguïté et l??hybridité des objets. Cette voie laisse le loisir de choisir le type d??hybridité propre à chaque objet.

Hybridité 1 : le nom de l'installation

Les quatre billets qui suivent visent à rendre compte de l??évolution récente du projet, soit un recentrement autour de l??ambiguïté entretenue entre le monde des vieux et celui des enfants. Comme nous nous sommes éloignés de l'idée de faire un parc (et de l'idée d'enfermement), il faut trouver à notre installation un autre nom que « Résidence ».

?tant donné que nous allons plutôt du côté de l'hybridité, le nom de l'installation doit prendre en charge ce discours et rendre compte de l'ambiguïté des frontières, etc.

Une première proposition, très littérale : mélanger les noms « bébé » et « senior » ; cela donnerait : « l'âge des béniors » (ou en anglais « banior??s world »). L??inverse est aussi possible, ça fait « senny » (senior/baby).


Warrant

des têtes de vieux à la taille poupon ?



premiers modelages, identifiés.



(Les images des têtes modelées sont disponibles dans la photothèque "têtes à l'établi")

occupation sonore

et le son ? pourquoi pas une bande son, fondé sur le parlé-bébé ? les propos de la tata qui commente devant le petit vieux :
"ah il a bien mangé aujourd'hui ?"
"ohoh elle nous montre son dentier..."
"regardez, il marche ! (les derniers pas)"
"elle a fait tout caca"

Qu'est-ce qu'un corps ? (quai Branly)

exposition

Lire la suite

Hétérotopies

Citation de Foucault

Lire la suite

Ebauche du cartel...

1. Des hommes et des femmes à l??approche de la mort, angoissés par cette perspective, sont regroupés et traités collectivement comme des enfants.

2. Les vieux ont par définition un passé et plus beaucoup d??avenir. Leur parler comme à des enfants : comme à ceux qui sont sans passé.

3. Leur parole comme celle des enfants, est considérée comme intéressante mais anecdotique (on se dit : si France Info crée une émission le dimanche qui s??appelle « paroles de seniors », c??est bien parce qu??ils n??ont aucune chance d??être abordés dans un micro trottoir le reste de la semaine).

4. Ce qu??on traite avec sérieux c??est leur corps. C??est là que se concentre notre énergie, c??est là que nous mettons de l??argent. On veut éviter la maladie et repousser la mort ; ça c??est sur.

5. Autour d??un vieux, combien de médecins pour un psy ?

6. Nous traitons leur corps comme une enveloppe vide. Pas même comme des enfants, mais comme des poupées.

7. La mort des poupées est moins angoissante que la mort des hommes.

8. La mort ne prélève que des poupées : des vieux dont le corps n'est qu'un décor.

9. .

Vanité n°1

.

l'envers du miroir : vanité n° 2...

Antécédents

La fabuleuse histoire du mitron

Lire la suite

Custom

Je me disais : pour re-designer les objets (autres que la poupée), on pourrait jouer sur le décalage entre la fonction/forme des objets (des objets de poupée) et la surface des objets (qui renverrait à la viellesse).

Ce pourrait être, sur ce mode, un bavoir en plastique et un pot en plastique, recouverts de tissus parfaitement marouflés représentant, au choix, des scènes de chasses ou des motifs ornementaux viellots (vert sombre, marron...).

Avantage : on insiste sur le décalage apparence/essence (on les voit comme des vieux, en fait on les traite comme des gamins).

Inconvénient : on peut le comprendre à l'envers (on les voit comme des vieux, en fait ce sont des gamins).

A voir...

piste à suivre en parallèle : le moulage

Parallèlement à la "déviation" adoptée il y a peu, Simple appareil se propose de continuer de son côté l'ancienne piste du moulage des têtes de poupées.

Nous avons déjà dans notre placard deux têtes de vieux (format poupées) en terre. Il faudrait, dans les semaines qui arrivent, essayer d'en faire des moulages, afin de réaliser pour de bon une « poupée de vieux » (tête en latex, corps de poupée).

L'idée serait ensuite de faire des pastiches des photos de catalogues de jouets. Ou alors, de truquer des vraies photos de catalogue en collant une de nos têtes de vieux sur des têtes de poupons.

? suivre...

Déviation (suite)

Quelques prolongements

Lire la suite

Déviation

Après réflexion, nous avons décidé d'explorer une nouvelle piste (déviation), qui s'éloigne un peu de la « Résidence » initiale, et que l'on pourrait exposer ainsi : et si la poupée de vieux n'était qu'un objet comme les autres (sous-entendu comme tous les « accessoires » de jeu qui vont avec), un objet (ou plutôt un jouet) parmi les autres objets/jouets ?

L'exposition serait alors consacrée à une série d'objets hybrides mi-vieux mi-enfants. On aurait ainsi un pot (qui fasse penser à la fois au pot de vieux et au pot d'enfant) ; un déambulateur qui soit aussi un baby-trott ; et de même pour le bavoir, les couches, le gobelet à anse et bec verseur... (mais quid du tricycle?)

Cette déviation a quelques avantages : elle nous permet de creuser le sillon de l'infantilisation des vieux. Elle permet aussi à chacun de réfléchir de son côté, Rodolphe depuis Lyon, simple appareil depuis Paris. Elle nous permet enfin une certaine liberté pour reconfigurer l'idée en fonction de l'espace.

Le noeud

Précisions nécessaires

Lire la suite

Du tissu et du moulage

Corps de poupées et visages de vieux. L'idée est simple, mais comment on fabrique des visages de vieux (à taille de poupées) ?

Lire la suite

document : "antropoclasme"

Extrait d'un texte écrit par POD, intitulé « antropoclasme », à l'origine (à l'une des origines) de notre réflexion sur le projet Résidence :

« [...] De façon moins radicale, il m'apparaît que le traitement du quatrième âge occidental vise parfois de la même façon à supprimer avant la mort biologique ce qui fait un homme. Parqués dans des maisons au mobilier standardisé (perte de l'individualité), ramenés à l'état d'enfance (lieu commun : « retomber ?? le mouvement est significatif ?? en enfance », coloriages débiles dans les longs après-midi de maisons de retraite, rapport autoritaire), nos vieux sont ramenés à la simple gestion de leurs corps souffrants, et la culture s'efface devant la médecine. On analyse et fustige les processus d'exclusion et de dégradation dans les asiles ou les prisons des années 60 en répétant les mêmes gestes sur nos grands parents... [...] »

Lire la suite

Accords

Discussion avec Rodolphe, sur les poupées.

Lire la suite

Poupées de/au théâtre

Gisèle Vienne

Lire la suite

Petite histoire de Cabinet Plastique

Cabinet plastique a été fondé par Rodolphe Montet, plasticien formé à l'école d'arts appliqués de Lyon.

Lire la suite

Description du projet : premières pistes

Partant du lieu commun selon lequel les vieux retombent en enfance, « Résidence » voudrait présenter un parc à jeux grandeur nature où des « poupées de vieux » seraient mises en situation.


Description
« Résidence » : un parc à jeux grandeur nature, idéal, comme dans une vitrine de jouets. A l'intérieur, quatre, cinq poupées sont mises en situation. Leurs corps et leurs habits sont ceux d'enfants de 2-3 ans. Une seule chose dénote, elles ont des visages de personnes âgées. Ces visages, très réalistes, conçus à partir de moulages, s'opposent aux corps lisses et abstraits qui les supportent.



Corps de poupées et visages de vieux, l'assemblage est (et se veut) troublant. Résidence voudrait faire affleurer des questions que l'on écarte habituellement : en infantilisant les personnes âgées, n'essayons-nous pas de nous rassurer face à la proximité de leur mort ? ?? comme si la mort ne venait prélever que des corps « vides », des poupées.

présentation

simple appareil et cabinet plastique investissent la salle polyvalente pour exposer leur travail en cours sur Résidence

Lire la suite