Bonjour à chacun,

Je vous décris la situation : Il y a devant moi, épars sur la table, un petit tas de films que je dois revoir... Je voudrais profiter de ce "devoir" pour tenter un petite expérience -il est grand temps, n'est-ce pas, de changer nos rapports aux images.



Il s'agirait d'épuiser ce petit tas, le temps d'une semaine, à un rythme régulier, à raison d'un film par jour. (Avec l'hypothèse que la répétition, la régularité vont créer quelque chose comme un calme attentiste ou une addiction : l'expérience s'estimera le samedi ; avec l'idée que les images vont finir par se mélanger et se contaminer, à l'exemple de ce qui se passe sur la planche que je joins en illustration.)



Première chose. Deuxième : fidèle au principe qui pose qu'on voit mieux les films à plusieurs (en tout cas différemment), l'idée me vient d'ouvrir mon programme "hebdomadaire" aux participants habituels du "ciné-club".

Voilà comment les choses pourraient se passer :

1. je fais circuler un programme : 5 films pour 5 jours ; imaginons qu'ils soient regroupés sous le "générique" lâche d'"essais filmés"
2. quoiqu'il arrive je vais visionner ces films la semaine dite, conformément au programme (à 20h 30).
3. la porte est ouverte : vient qui veut, selon l'envie, la disposition, les deux.
3. Ceux qui veulent passent dîner (avant 20H30, c'est ça).
4. les présents, qui doivent être récompensés, ont tous droits d'apporter leurs images ou un film (court !) complémentaire... 5. on peut aussi prévoir une case vide, à remplir par ceux qui ont des films à proposer (Vincent par exemple veut nous montrer "Terre sans pain" de Bunuel, en parfaite orthodoxie thématique)

Alors ce programme ?

Lundi 20/03 : Notre Musique de Godard
Mardi 21/03 : Mon oncle d'amérique de Resnais
Mercredi 22/03 : un Chris Marker, je ne sais pas lequel encore : Le Tombeau d'Alexandre, à priori
Jeudi 23/03 : case vide (Terre sans pain et éventuellement Saisons de Artavazd Pelechian -je ne résiste pas au prénom)
Vendredi 24/03 : Un épisode d' A l'Ouest des rails de Wang Bing (Rouilles II)

(Plus, selon vos apports ou ce que je trouve, un court-métrage.)

Un lien : texte de José Moure, "le film essai", festival Côté Court (St Denis, 2005).
Un livre : Suzanne Liandrat-Guigues, Murielle Gagnebin (dir), L'essai et le cinéma, Seyssel, Champ Vallon, 2004, 252 pages.
(consultable sur google.books)

Vous savez tout. J'espère à très vite, Arno.



Ps: Une fois n'est pas coutume, je ne veux pas savoir qui vient ! faites moi la surprise (de votre présence, s'entend).
Ps: Je ferai repasser ce mail, dans le courant de la semaine, pour confirmer. Que ceux qui ne sont pas intéressés me le signale, que je n'encombre par inutilement leur boite.



Ps : Cette programmation a donné lieu au disque_de_programme #0. Pour en savoir plus, cliquez ici.


Descriptif des films :


MON ONCLE D'AMERIQUE

Date de sortie : 21 Mai 1980
Réalisé par Alain Resnais
Avec Gérard Depardieu, Nicole Garcia, Roger Pierre
Film français. Genre : Drame
Durée : 2h 5min. Année de production : 1980



Synopsis
Le professeur Laborit part de l'exemple de trois destinées pour illustrer ses théories scientifiques sur le comportement humain. L'expression "Mon Oncle d'Amérique" désigne en général un parent riche et éloigné laissant un héritage inattendu. Pour le film d'Alain Resnais, elle prend une dimension plus imaginaire. Le titre fait sans doute référence ici à la part d'enfance que chacun des personnages abandonne au cours de son parcours. L'Oncle d'Amérique est un être imaginaire symbolisé par la bande dessinée Le Roi de l'or d'Alain Pujo. Dans celle-ci, le héros incarne d'après le cinéaste le rêve de tous les enfants "d'être à la fois milliardaire et orphelin."



NOTRE MUSIQUE

Date de sortie : 19 Mai 2004
Réalisé par Jean-Luc Godard
Avec Nade Dieu, Rony Kramer, Sarah Adler
Film suisse, français. Genre : Drame, Documentaire
Durée : 1h 20min. Année de production : 2003



Synopsis
Trois parties, intitulées respectivement : Royaume 1 - Enfer, Royaume 2 - Purgatoire, Royaume 3 - Paradis.
"L'enfer" est composée de diverses images de guerre, sans ordre chronologique ni historique. Les images restent muettes, accompagnées de 4 phrases et de 4 musiques.
"Le purgatoire" se déroule de nos jours dans la ville de Sarajevo à l'occasion des Rencontres Européennes du Livre. Il s'agit de conférences ou de simples conversations à propos de la nécessité de la poésie, de l'image de soi et de l'autre, de la Palestine et d'Israël, ect., et qui sont le fait de personnes réelles comme de personnages imaginaires. Une visite au pont de Mostar en reconstruction symbolise l'échange entre culpabilité et pardon.
"Le paradis" montre une jeune femme qui, s'étant sacrifiée, trouve la paix sur une petite plage au bord de l'eau - laquelle est gardée par quelques Marines des USA.



LE TOMBEAU d'ALEXANDRE
Réalisé par Chris Marker
Film français. Genre : Documentaire
Durée : 2h. Année de production : 1993



Synopsis
Portrait du réalisateur soviétique Alexandre Medvedkine, dont les oeuvres furent longtemps interdites de diffusion dans son pays.



A l'OUEST DES RAILS
Date de sortie : 09 Juin 2004
Réalisé par Wang Bing
Film chinois. Genre : Documentaire
Durée : 9h (on ne verra que le deuxième épisode, compter deux heures). Année de production : 2003



Synopsis
A Shenyang, dans la Chine profonde, Tie Xi est un gigantesque complexe industriel né au temps de l'occupation japonaise. Il a ensuite prospéré jusqu'à compter un million d'ouvriers avant 1990. Wang Bing a filmé de 1999 à 2001 la lente agonie des usines et des hommes dans l'effondrement final d'un système obsolète. En suivant au quotidien la descente aux Enfers d'une classe ouvrière autrefois promise à d'autres gloires par la Révolution chinoise, Wang Bing nous plonge au coeur d'une épopée moderne et il élève ces hommes et ces femmes au rang des plus bouleversants héros de cinéma.
Chacune des trois parties intitulées Rouille (4h), Vestiges (2h56) et Rails (2h15) peut se voir indépendamment, car elles correspondent à la même histoire, mais vue d'un point différent.




"Rouille" dresse le portrait des derniers employés d'une fonderie en faillité annoncée. "Vestiges" explore le quartier ouvrier de Rainbow Row et le changement de vie de familles dont les maisonnettes vont être rasées. Enfin, dans "Rails" , Wang Bing s'attache au quotidien des employés de la compagnie de chemin de fer, entourés d'usines fermées.



TERRE SANS PAIN

Réalisé par Luis Buñuel
Avec Abel Jacquin
Film espagnol. Genre : Documentaire
Durée : 30min. Année de production : 1933
Titre original : Las Hurdes



Synopsis
Evocation de la misere dans une region d'Espagne. Tourné en 1932 dans un village inconnu de tous, Buñuel filme sous la forme d'un documentaire des scènes tragiques : un âne succombant aux abeilles, des habitants malades, une enfant morte qu'on amène au cimetière, des nains et des crétins. La misère la plus totale règne dans ces terres arides, où pendant toute la durée du séjour (1mois) aucune chanson ne sera entendue. A l'heure de la guerre d'Espagne, le film sera interdit jusqu'en 1937 pour son image déplorable du pays. Vrai ou faux, documentaire ou documenteur, ce film ne laissera pas indifférent ceux qui oublieraient ce que peut être la misère.
Isolée par une ceinture de montagnes difficilement franchissables, la population des Hurdes vit dans une pauvreté séculaire, confrontée en permanence à la malnutrition, à la maladie (goitre, paludisme), aux dangers (morsures de vipère), aux calamités naturelles, à la rareté du travail. A une centaine de kilomètres à peine de l'une des plus prestigieuses universités espagnoles, c'est un monde livré à l'ignorance. Ainsi, le pain est inconnu des enfants. L'instituteur leur en donne parfois, mais les parents le jettent par peur de ce qu'ils ne connaissent pas ! La faim, la maladie et la mort, omniprésentes, sont les seules certitudes. "Le meilleur moyen de se tenir en éveil, c'est de penser sans cesse à la mort", psalmodie une vieille femme qui hante les rues empierrées...
Fiche Technique N&B Format du son : Mono Format de production : 35 mm Tourné en : Espagnol
Scénario : Luis Buñuel, d'après la thèse d'ethnographie de Maurice Legendre Photographie : Eli Lotar Son (1937) : Charles Goldblatt, Pierre Braunberger Musique : Symphonie n° 4 de Brahms Production : Ramon Acin


SAISONS

Réalisé par Artavazd Pelechian
Film russe. Genre : Divers
Durée : 30min. Année de production : 1972



Synopsis
Des bergers et leurs betes, pris dans un torrent. Des paysans devalant la pente d'une montagne ou fuyant devant des meules de foin. L'agencement des plans, cependant, fait que dans un point du montage a distance, on peut faire entrer tout l'univers.