ALTO-STUDIO
 
Mangel (Medea)

"95. - M'aime-t-elle seulement ?
Eyil s'arrête, reprend, s'interrompt après les premières notes.
- Bien sûr. Mais l'océan vous sépare.
Il joue la suite faiblement
- J'ai traversé plus d'une fois la mer... Combien de prêtres pour l'église?
Sywald attend une réponse. En attendant, il boit. Il remet du bois sur le feu. Eyil dépose sa flûte.
- Bon, je ne sais pas. Ils sont venus du Sud, par la terre, après moi, et je dois être arrivé peu après ton départ. Mais c'est à l'automne passé, ou au précédent, oui le précédent, il y a deux ans, qu'un temple a été construit par les hommes du village. Un baptême collectif a été donné. Des mariages ont été célébrés. (...)

96. - J'ai cru à la gloire. Il le grogne en se dressant comme un coq, la corne brandie en y mêlant de grands gestes avec l'autre main dans la nuit. Ivre, il regarde devant lui, par dessus le feu, et après une minute il en est déjà là :
j'ai cru aux récits des poètes ! je voulais l'or du monde, j'ai navigué ! j'ai marché durant des années ! et on revient chez soi dans une terre hostile et inconnue."
Gil Bartholeyns, Mangel, p. 83.







Il y a beaucoup ds la Médée de Pasolini (1969)... La Callas en splendeur furieuse, un reportage anthropologique mythologique en version italienne, une dépense faramineuse ds la reconstitution, un éloge de l'ellipse et du "démembrement", etc.
Mais c'est l'auteur qui exprime le mieux la Question du film :
"Médée, dit Pasolini, c'est la confrontation de l'univers archaïque, hiératique, clérical, et du monde de Jason, monde au contraire rationnel et pragmatique... Confronté à l'autre civilisation, à la race de l' "esprit", il déclenche une épouvantable tragédie. Tout le drame repose sur cette opposition de deux "cultures"..." ( Pasolini, entretiens avec... Jean Duflot, 1970)



Archaïsme et pensée sauvage, donc. Ciné-club de cinéphiles, ce jeudi soir (23 février), avec un film étrange, excessif, animal - plus qu'un film. ça fait un moment qu'il me trottait dans la tête mais "je n'ai jamais su avec quoi l'associer". Et bien, je n'ai toujours pas trouvé ! c'est surement qu'il veut rester seul. (Si quelqu'un a le chaînon manquant, un film à proposer, l'initiative sera bienvenue.) D'ici à jeudi, la solution apparaîtra peut-être d'elle-même...

Bien à vous tous Arno




Réalisé par Pier Paolo Pasolini
Avec Maria Callas, Laurent Terzieff, Massimo Girotti
Film allemand, français, italien.
Durée : 1h 49min. Année de production : 1969
Titre original : Medea




"Médée, qui pour l'amour de Jason a trahi les siens, se vengera terriblement de l'inconstance de son amant."





Médée, les récits mythiques.

La légende de Médée s'inscrit dans le cadre plus vaste de la Conquête de la Toison d'or, offerte jadis à Zeus par Phrixos qui avait fui avec sa soeur Hellé, loin d'Athamas, leur père, lequel, sur les conseils insidieux de leur belle-mère Ino, voulait les sacrifier à Zeus Laphystios.

C'est cette même toison qui fait l'objet de la convoitise de Jason : celui-ci, élevé par le Centaure Chiron, va, en effet, réclamer le trône d'Iolcos à son oncle Pélias, qui l'avait usurpé après avoir destitué son frère Aeson, père de Jason. Pélias, pour évincer son neveu, invoque le fantôme de Phrixos disparu en Colchide (assassiné par Aétès roi des Colchides, fourbe et cruel). Pélias affirme la nécessité de reconquérir la Toison d'or, consacrée à Arès et clouée sur un chêne dans le bois sacré du dieu.

Jason part avec les Argonautes, une sorte de confrérie unie par le même but, qui évoque la fédération des Grecs partant à la conquête de Troie, unis par le serment de ramener Hélène. Mais à la différence des compagnons d'Agamemnon, les Argonautes n'ont pas initialement pour objectif la conquête d'une femme. Voici les noms de quelques un des grands héros des Argonautes : Heracles, Orphee, Oranie, les Dioscures: Castor et Pollux, Pelée (Père d'Achille).

Le jour où les Argonautes débarquent au rivage de Colchos, Médée lie immédiatement son sort au leur, faisant promettre à Jason de l'épouser si elle assure le succès de son entreprise et le rend maître de la Toison d'or, propriété d'Aétès. Une fois la Toison conquise, grâce à ses philtres, la magicienne s'enfuit avec Jason : pour retarder ses poursuivants conduit par Aétès, elle prend son jeune frère Apsyrtos comme otage, le met en pièces et éparpille son cadavre derrière elle.

En revenant à Iôlcos, point de départ de la conquête, Médée et Jason, selon une première version, vivent en bonne intelligence avec Pélias. Médée rajeunit Aeson, père de l'Argonaute, Jason et aussi les Hyades, nourrices de Dionysos.

Dans une version différente, Médée commence par tirer vengeance de Pélias, l'usurpateur (qui, selon certaines traditions, ne tiendrait pas parole et ne restituerait pas le trône à Jason, vainqueur de la Toison d'or). Médée persuade donc les filles de Pélias qu'elle est capable de rajeunir tout être vivant en le faisant bouillir dans une composition magique dont elle a le secret. Sous leurs yeux, elle dépèce un vieux bélier, le met à bouillir dans un grand chaudron, et lui rend sa jeunesse. Les Péliades, convaincues, font subir le même sort à leur père, mais il ne ressort jamais du chaudron !

A la suite de ce meurtre, le couple, banni du royaume, s'installe à Corinthe, pays d'origine d'Aétès.

Après quelques temps de vie sans histoire, le roi de Corinthe, Créon, veut donner sa fille en mariage à Jason. Il bannit Médée, mais celle-ci obtient un jour de délai dont elle profite pour tirer vengeance. Trempant une robe dans des poisons, ainsi que des ornements et des bijoux, présents du Soleil, elle les fait parvenir à la nouvelle épousée, par l'intermédiaire de ses propres enfants. Dès que l'heureuse rivale passe les portes, elle est embrasée d'un feu mystérieux, de même que son père, venu la secourir. Cependant, Médée tue ses enfants et s'envole pour Athènes sur un char attelé des chevaux du Soleil. Ainsi se clôt l'épisode traité en tragédie.



Quelques interprétations de ce geste : -On peut dire que Médée, par ses crimes, annule chacun des événements qui ont eu lieu depuis Jason: elle veut annuler son mariage, la naissance de ses fils, la perte de son rang, sa répudiation et son exil. Finalement, elle va au cours de ses crimes accomplir le rituel de ses antinoces. Le meurtre de ses enfants sert d'expiation au meurtre de son frère. A partir du moment ou elle aura expiée ce crime familial, elle pourra revenir a l'état antérieur de sa virginité. -à l'objet véritable de sa haine (Jason qui l'a répudiée) qui demeure hors d'atteinte, Médée substitue ses propres enfants -Médée n'est pas un personnage tragique au sens classique de la tragédie, car elle « retourne » complètement son malheur amoureux pour en sortir victorieuse, débarrassée de l'amour humain qu'elle a anéanti a travers ses enfants.

(D'autres traditions, rapportées par Pausanias, racontent que Héra Akraïa, pour récompenser Médée d'avoir repoussé l'amour de Zeus, lui promet l'immortalité pour ses enfants. Au cours de la cérémonie rituelle d'enfouissement des enfants dans le sol du temple (katakruptein) les enfants meurent. Autre version : les Corinthiens sont donnés pour responsables de la mort des enfants, en représailles des agissements criminels de la magicienne.)



Par la suite, on retrouve Médée à Athènes : elle s'est assuré l'aide d'Egée, lui promettant en retour de mettre fin à sa stérilité s'il l'épouse. Elle lui donne effectivement un fils, Médos, mais lorsque Thésée revient de Trézène, Médée essaie de l'empoisonner. Elle est alors chassée d'Athènes.

Après diverses péripéties, notre héroïne regagne sa Colchide natale où elle rend le pouvoir à son père, évincé par Persès, et elle contribue, avec l'aide de Médos, à la reconquête de contrées appartenant au territoire colchidien qui deviendra l'Empire des Mèdes, peuple de magiciens.

Selon certains, Médée ne serait pas morte, mais se serait unie à Achille, roi des Champs-Elysées ou de L'île des Bienheureux, comme Iphigénie, Hélène et Polyxène.

 
retour à l'accueil
Commentaires
1.   glykeria  -  jeudi 18 novembre 2010 11:08


je vous propose l'Electre de Kakoyannis M.

 
2.   Paul Katalan  -  samedi 7 janvier 2012 00:57

Tu dis ne pas savoir à quoi l'associer... En voyant les premières images je me suis dit que j'avais déjà vu ce film quelque part, et je me suis souvenu que c'était avec Simpla, drôle ! Donc si tu veux causer du rapport entre archaïsme et radiation, Médéa fille du soleil et magicienne, force interne, incontrôlable, irrationnelle et accident nucléaire... c'est quand tu veux berliner, ça m'intéresse. A vite. PK

 
 
 
 
Ajouter un commentaire



 
Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.