"Il est nécessaire de réserver le nom de dépense à ces formes improductives (...). Elles constituent un ensemble caractérisé par le fait que dans chaque cas l'accent est placé sur la perte qui doit être la plus grande possible pour que l'activité prenne son véritable sens."


"La richesse apparaît comme acquisition en tant qu'un pouvoir est acquis par l'homme riche mais elle est entièrement dirigée vers la perte en ce sens que ce pouvoir est caractérisé comme pouvoir de perdre. C'est seulement par la perte que la gloire et l'honneur lui sont liés."
(Georges Bataille, La notion de dépense)






Musique ce soir !
(ce jeudi 24 mars, dans les 21 heures comme d'hab') Le Salon de musique de Satyajit Ray.
Ou: comment la Ol' Skool (1958) traite de l'excès et de la faiblesse !

Un aristocrate déplumé rivalise au nom du sang avec la jeune garde capitaliste indienne. Le ring est un salon de musique. Décrépitude et abandon, faste et céremonial, décadence et grandeur au programme mesdamesmessieurs.





Le Salon de Musique

Réalisé par Satyajit Ray
Avec Chhabi Biswas, Ganda Pada Basu, Kali Sarkar
Film indien.
Genre : Drame
Durée : 1h 40min.
Année de production : 1958
Titre original : Jalsaghar




résumé :
Poussé par la rivalite qui l'oppose a un nouveau riche, un aristocrate, grand amateur de musique, consacre ses derniers revenus a une soiree ou se produiront les plus grands musiciens du moment. A cette occasion, il ouvre son salon de musique, ferme depuis la mort de sa femme et de son fils.


En avant la zizique !