ALTO-STUDIO
 
Scènes de vie amicale (Husbands)

Rentrée en douceur et franche camaderie ce dimanche soir avec Husbands de John Cassavetes...
venez nombreux !



"A comedy about life, death and freedom"


Du sang chaud,
un hiver glacial,
des rires,
des pleurs,
London,
Ben Gazzara,
Colombo,
et Cassavetes himself.
Husbands, ou comment les hommes font l'avenir de l'Homme...
Un film résolumment machiste et (presque) sans femmes.



synopsis : Harry, Archie et Gus, la quarantaine, heureux maris et pères, apprennent la mort de leur quatrième ami, Stuart. Cette disparition va les confronter à une sorte de crise d'identité, une remise en question de leur vie entière. Ils se retrouvent et font une fugue de quelques jours avant de réintégrer leurs foyers respectifs.
Durée : 2h 34min. Année de production : 1971



Dans un texte écrit pour la sortie d'Husbands, et reproduit par la revue Positif en 1997, John Cassavetes explique :

"Depuis le début de Husbands, j'ai décidé que les acteurs n'allaient pas porter le chapeau, qu'ils ne seraient pas entravés ni amoindris par les embûches commerciales habituelles. Le contrat moral était d'être avec les acteurs, et les techniciens pouvaient aller se faire voir. A bas la technique, au diable les sensibilités, écrie n'a aucunsens, c'était ça le marché. Chaque instant a été consacré à soutenir les acteurs et à diminuer l'importance de l'équipe. Le réalisateur d'un film a un énorme avantage sur les acteurs, et il n'est pas question qu'il ne s'en serve pas. Il est généralement l'ami d'une cinquantaine de techniciens sur le plateau, et, quand un désaccord s'élève entre un acteur et le réalisateur, l'acteur ne discute pas avec un homme mais avec cinquante et un. Je suis fier de dire que je n'ai jamais déjeuné avec un seul technicien pendant le tournage de Husbands, que je ne leur ai rien expliqué, que je n'ai pas copiné avec eux, que je n'ai pas accueilli leurs efforts (qui étaient parfois exceptionnels) avec le moindre sentiment de plaisir. Je considère l'équipe comme des mercenaires professionnels, qui étaient simplement là pour tuer ou se faire tuer, pour survivre à chaque jour, toucher leur chèque et rentrer à la maison se plaindre des conditions de travail. Bien sûr, c'est déstabilisant pour l'équipe, surtout par rapport au traitement que je réservais aux acteurs. Aucun degré d'indulgence n'était trop grand, aucune petite victoire ne pouvait être suffisamment glorifiée, et jamais je n'accordais trop de temps dans les vingt-quatre heures pour soutenir l'égo de l'acteur et garder à l'esprit l'importance du film."





J'ai remis la main sur un document de première importance, ça fait 40 minutes à peu près, ceux qui sont chauds pour le voir en entier peuvent venir plus tôt, ds les 19 h, pour qu'on regarde ça avant le repas... (John Cassavetes, par A.S. Labarthe pour la collection "Cinéastes de notre temps").

A dimanche, pour cette très belle séance.

Ci-dessous, le film Cassavetes réalisé par André S. Labarthe, pour la collection "cinéastes de notre temps", 1969 (recharger la page en cas d'invisibilité de la vidéo) :

 
retour à l'accueil
Commentaires
1.   Ralentir travaux  -  lundi 21 septembre 2009 17:49

Sur mon site un dossier Cassavetes qui vous intéressera peut-être. Mais un problème. Équipé d'un Mac et sur firefox (dernière version pourtant), la vidéo de Labarthe est absente. C'est dommage, même si on peut la voir par Safari. Merci de ce lien. MD
Ralentir Travaux maurice-darmon.blogspot.c...

 
2.   Ralentir travaux  -  mardi 4 mai 2010 07:09

Suite à mon premier courrier. Petit progrès, mais insuffisant: la fenêtre du documentaire de Labarthe est à présent visible avec Firefox, mais ne s'ouvre toujours pas. Safari continue à marcher heureusement. Merci de ce lien. De notre côté, nous continuons à enrichir notre dossier Pour John Cassavetes sites.google.com/site/dos...
MD.
Ralentir travaux: maurice-darmon.blogspot.c...

 
 
 
 
Ajouter un commentaire



 
Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.