Skip to content

{ Category Archives } éditions papiers

éditions papiers - répertoire de textes et de problèmes

Continuité et rupture en histoire

en lire plus

A l’arrière de nos images

Pourquoi une image choque-t-elle ? Une réponse s’élabore au fil des pages autour du concept de montage : agencement des regards et des lieux, des figures et des temps. La méfiance croissante face aux images du mal, la naissance de l’émotion pornographique, l’émergence du graffiti contestataire, la destruction d’images par l’autorité qui les a commandées, l’élaboration savante de l’inimaginable : autant de phénomènes qui éclairent la transformation du rapport aux images en Occident. Transgression et image forment ici un couple dont l’histoire est mise en perspective avec le présent. Ce faisant, c’est la croyance en un pouvoir des images qui est décryptée.
“A l’arrière de nos images” est l’avant-propos de Image et transgression au Moyen Âge, essai publié aux Presses Universitaires de France en avril 2008.

(Dé)génération des catastrophes

Propositions d’étude des dégénérescence des catastrophes en chaos/désastres et des dynamiques sociales mises place pour y faire face. La discussion est initiée à partir du livre de Roger Caillois, L’homme et le sacré, notamment la perspective qu’il développe sur la transgression du profane que réalisent les phénomènes festifs, les rites et les guerres.

Vers la fluctuance

Préambule

en lire plus

Jean Wirth, la Vierge aux longues nattes et l’ange au sourire

wirth_image_gothique

en lire plus

Un matérialisme éthique ?

Je réagis ici au texte de Thomas Golsenne, "Carlo Crivelli et le matérialisme mystique du Quattrocento", paru dans la section Publications de Papiers.

J’ai mis pas mal de temps à préciser ce qui dans cet exposé me chiffonnait. Il est probable que ce soit lié à la persistance d’une conception dualiste.

en lire plus

Carlo Crivelli et le matérialisme mystique du Quattrocento

 

Suzanne Moisson - bande annonce

De Suzanne Moisson on a dit : elle est « spéciale ! » On a dit : extravagante, cocasse, inoubliable, chic ; « un phénomène. » On a insisté : « c’était quelqu’un » – avec parfois cet ajout : « vous voyez ce que je veux dire ? » Quelques personnes qui l’ont connue vivent encore.

en lire plus

Also known as Chris Marker

en lire plus

Thoughts-giving on Thanksgiving

Thanksgiving is an American holiday. It is the American holiday, the national holiday of American-ness. It is the holiday that marks belonging to the Corpus Americani. It is, moreover, unique to the United State of America.
Notably, Thanksgiving is a National holiday, one in which a transfer takes place: from the public arena to the private sphere. For the main ritual the celebratory meal of roasted turkey is done not in the public space, but in the warm embrace of family, in the Home. It is celebrated mainly in the familial circle, around the family table. One’s belonging to the body of the Nation, to the political body, is manifested in the a-political body of the Family. The imagined national genealogy is transferred into the biological genealogy of the Family.
What is the nature of this transference? For the holiday table is not the Table of the Lord, but merely the Table of the Nation. The body of the sovereign is passed into the familial body.
But how is this passage from one to another effected ? How does the holiday transfer from the Public to the Private? From the Nation to the Family? From narrative to practice? From myth to ritual and vice versa?
In other words: how does the Corpus Americani transubstantiate, became flesh and blood?

Note sur le devenir historique

en lire plus

Où commence ce qui nous environne ?

Il y a dans l’organisme humain des micro-organismes qui possèdent leurs patrimoines génétiques propres (A.D.N.), ce sont par exemple les mitochondries, les "flores" (intestinales, vaginales, cutanées, etc.), les bacilles (intestinaux, rénaux, etc.), les microbes (innombrables tant en variété qu’en quantité), etc. Chacun d’eux se reproduit en notre sein de manière quasi-autonome (l’organisme humain les contrôle en partie en influant sur leur milieu).

en lire plus

Note sur le devenir-animal

Deleuze, dans Mille plateaux, écrit avec son ami Guattari, observe le couple formé par la guêpe et l’orchidée : l’orchidée semble avoir en son sein un abdomen qui ressemble à celui de la guêpe, si bien que celle-ci est attirée et se frotte comme pour s’accoupler ; en fait, elle ne fait que se coller plein de pollen dessus ; puis elle va vers une nouvelle orchidée et refait la même danse. En fait, à son insu, la guêpe sert à assurer la reproduction de l’orchidée, en transmettant le pollen d’une orchidée femelle à une orchidée mâle. C’est un beau cas de mimétisme animal et même végétal ; mais Deleuze et Guattari y voient un cas de devenir-animal et précisent que cela n’a rien à voir avec de l’imitation. Ce qui compte à leurs yeux, c’est qu’il y ait une relation réciproque, un devenir mutuel.

en lire plus

Nature adamique et nature déchue

À la supériorité reconnue de l’homme raisonnable sur le monde animal s’oppose la faiblesse de l’homme sans raison, bien démuni en tant qu’animal. Ce thème de l’infra-animalité corporelle de l’homme traverse le Moyen Âge. Au Ve siècle, Sidoine Appolinaire oppose au caractère misérable de l’homme, s’il est seulement un corps, la valeur de l’homme véritable, qui est âme.

en lire plus

Société du football

Ces notes ont été rédigées en deux temps. La première moitié, au lendemain de la demi-finale de la Coupe du Monde de Football 2006 qui opposait l’équipe française au Portugal. L’autre moitié, dans les jours qui ont suivi la finale perdue par les Français contre l’Italie.
Ces réflexions, généralement lacunaires, reposent sur deux propositions qu’il est plus commode de préciser d’emblée.
Proposition n°1 : il est probable qu’un match de football ne se gagne pas par l’accumulation des buts, mais grâce à la création et l’incorporation par les joueurs d’images de victoire. Contre toute attente, le matériel élémentaire du match de football n’est pas la physicalité (le terrain, le ballon, la vitesse, la frappe) mais l’imaginaire (et c’est ce qui explique les engouements et les débordements des publics et des nations).
Proposition n° 2 : un seul joueur de football en activité a compris l’importance des images, la nature imaginaire de son sport.