Skip to content

{ Author Archives }

Le style d’existence ou la vie politique (d’après Michel Foucault)

Au cours du mois de janvier est sorti un ouvrage important pour notre question. Il s’agit de l’édition des tous derniers cours donnés par Michel Foucault au Collège de France en 1984.
En cherchant des styles d’existence politiques à travers les siècles, Foucault convoque les cyniques, les franciscains et les anarchistes, soit peu ou prou les mêmes groupes que j’avais regroupés sous le terme d’animalité critique. Mort en 1984, Foucault n’a jamais croisé de punks-à-chiens, ni de travellers, mais mon intuition est que ceux-ci, mieux que tous autres, incarnent aujourd’hui les valeurs que le philosophe énonce dans son cours.

L’animalité critique 1. le cynique et son chien

Les punks-à-chiens sont-ils les cyniques d’aujourd’hui? Si les 50 000 jeunes qui vivent dans les rues de France ont quelque chose à nous apprendre sur notre société, c’est aussi parce que cette forme de marginalité possède une profondeur historique. Toute errance se veut originale, solitaire, anomique, mais paradoxalement, elle tire sa force et son efficace d’une culture largement partagée. Première étape d’une petite histoire de l’animalisation critique, les philosophes-chiens, les cyniques.

L’animalité critique (introduction)

Par leurs pratiques, les jeunes nomades qui traînent avec des chiens tiennent un discours sur la société qui les rejette et qu’ils rejettent. Ce discours fait écho à des antécédents historiques où des pratiques semblables avaient déjà une vocation critique.