Skip to content

{ Author Archives }

Catastrophes : l’attribut sauvage

D’un point de vue statistique les catastrophes (aux occurrences rares et amplitudes majeures) relèvent d’une forme « sauvage » de hasard. Cela les distingue des risques et les situe hors du paradigme scientifique de connaissance.
L’étude de cas ethnographiques (Japon, Amazonie brésilienne) montre le type de rationalités que ces sociétés ont développé face aux catastrophes. S’ensuit une définition des catastrophes en fonction des “figures anthropologiques” des sociétés qui les subissent.

(Dé)génération des catastrophes

Propositions d’étude des dégénérescence des catastrophes en chaos/désastres et des dynamiques sociales mises place pour y faire face. La discussion est initiée à partir du livre de Roger Caillois, L’homme et le sacré, notamment la perspective qu’il développe sur la transgression du profane que réalisent les phénomènes festifs, les rites et les guerres.

Vers la fluctuance

Préambule

en lire plus

Où commence ce qui nous environne ?

Il y a dans l’organisme humain des micro-organismes qui possèdent leurs patrimoines génétiques propres (A.D.N.), ce sont par exemple les mitochondries, les "flores" (intestinales, vaginales, cutanées, etc.), les bacilles (intestinaux, rénaux, etc.), les microbes (innombrables tant en variété qu’en quantité), etc. Chacun d’eux se reproduit en notre sein de manière quasi-autonome (l’organisme humain les contrôle en partie en influant sur leur milieu).

en lire plus